jeudi 22 février 2018

A pleines mains





 
 
A pleines mains, dessin à l’encre
© Didier Frouin-Guillery, 2018
 





mardi 20 février 2018

Rien à déclarer






Rien à déclarer, triptyque photo,
© Didier Frouin-Guillery
Œuvre d’Hervé Fisher sur le parvis du Centre Pompidou
Exposition Hervé Fisher et l’art sociologique, Paris, 2017






vendredi 16 février 2018

Œil pour œil






Œil pour œil, triptyque photo
© Didier Frouin-Guillery, 2018
 



 
Le grand courage, c'est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort.
 
Albert Camus, L’Envers et l’Endroit, éditions Gallimard, Paris, 1937






dimanche 11 février 2018

Poissons volants






Poissons volants, diptyque photo,
extrait de la série DiAgonales
© Adrien Frouin - Didier Frouin-Guillery, 2018
 




“N. B. - Ces bouches ne peuvent parler que dans le présent (au-dessus des eaux), et ne peuvent parler que du souvenir (de sous les eaux). Elles n’en parlent donc qu’à l’imparfait, ou imparfaitement."

Francis Ponge, L’Imparfait ou les poissons-volants, recueil Proêmes, éditions Gallimard, Paris, 1948





mardi 6 février 2018

Lignes d'horizon






Lignes d’horizon, triptyque photo 
© Didier Frouin-Guillery, 2018





La ligne d’horizon géométrique, qui correspond à notre œil de spectateur, est extrêmement proche du niveau de l’œil des figures peintes, mais il est toujours un peu plus bas. Nous sommes donc au plus près de la figure peinte, mais nous sommes très légèrement décalés par rapport à elle, donc nous sommes tout près de son regard mais nous ne le partageons pas.

Daniel Arasse, Vermeer fin et flou, dans Histoires de peintures, éditions Denoël, 2004.





jeudi 1 février 2018

Résonance

à Jean-François Rospape




Résonance, triptyque photo,
© Didier Frouin-Guillery, 2018
 



 
 
C’est de voir qu’il s’agit, Robert Delpire,
éditions Delpire, juin 2017
 





jeudi 25 janvier 2018

Gladiator

à Bernard et René, mes pères





Gladiator, triptyque photo,
extrait de la série Arles
© Didier Frouin-Guillery, 2011-2017
 




« J'ai cherché sur les visages des dieux... les moyens de te plaire, de te rendre fier. Un seul mot tendre, une seule étreinte où tu m'aurais pressé contre ton cœur et serré très fort aurait été comme un soleil dans mon cœur pour des siècles et des siècles. »
Extrait du film Gladiator de Ridley Scott (2000). Paroles de Commode à son père, l'empereur Marc Aurèle...
 

 

 

samedi 20 janvier 2018

Blanch'heures






Blanch'heures, triptyque photo,
© Didier Frouin-Guillery, 2011-2017
 




A mon avis, vous ne pouvez pas dire que vous avez vu quelque chose à fond si vous n'en avez pas pris une photographie. (Emile Zola)






lundi 15 janvier 2018

Fenêtres sur cour






Fenêtres sur cour, triptyque photo,
© Didier Frouin-Guillery, 2018
 

 

Une image vaut-elle mille mots ?
 
 
 
 
 

mercredi 10 janvier 2018

Dépositions






Dépositions, triptyque photo,
© Didier Frouin-Guillery, 2011-2017
 


La pose n’impose plus la pause…





Détail d’une photo de Louis Daguerre,
Boulevard du Temple, 1837
 

Louis Daguerre a fait correspondre la pause du passant arrêté devant un cireur de chaussures avec la pause du temps nécessaire à l’impression de la lumière sur sa plaque photographique.